Yuka l’appli à la carotte

Coucou tout le monde, j’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, je vous parle de Yuka, l’appli qui nous aide à choisir des aliments sains.

 

yuka

 

Yuka ? Késako ?

Yuka, c’est une application gratuite à installer sur son smartphone pour détecter la malbouffe en supermarché, notamment en traquant les additifs, le gras, le salé et le sucré.  Elle tombe à point nommé après plusieurs scandales sanitaires.

Cette application joue un vrai rôle d’éveil des consciences. Ma fille de 11 ans l’utilise et commence à se rendre compte que La Vache qui Rit où ses céréales du petit déjeuner ne sont pas très bonnes pour la santé.

Comment ça marche ?

Il suffit de scanner le code barre du produit qui nous intéresse. L’appli nous déchiffre son étiquette, et nous indique son incidence sur notre santé. Dans le cas où le produit n’est pas recommandable, l’appli suggère une alternative plus saine.

Car soyons honnêtes : si les informations nutritionnelles sont obligatoires sur les étiquettes, elles ne sont pas toujours bien comprises. Ce n’est pas évident de trouver les bons produits.

L’objectif de l’appli n’est pas seulement de nous aider à déchiffrer les étiquettes, mais également de changer nos habitudes alimentaires. Si les consommateurs délaissent les mauvais produits, les industriels auront davantage tendance à améliorer la composition de leurs produits. CQFD.

Une fois mon produit scanné…

3 critères sont évalués :

  • la qualité nutritionnelle (graisses, sucre, sel, protéines, fibres)
  • la présence d’additifs
  • le mode de production (bio ou non)

 

 

 

Une note sur 100 est attribué au produit, ainsi qu’un code couleur :

  • vert : tout va bien
  • orange : médiocre
  • rouge : mauvais

 

«Yuka applique le principe de précaution et sanctionne tous les ingrédients controversés, même si le risque n’est pas définitivement prouvé», indique Julie Chapon, cofondatrice de Yuka.

Chez Yuka, les impacts environnementaux d’un produit sont laissés de côté. Un choix parfaitement assumé : «Nous nous donnons pour mission d’évaluer l’impact sur la santé des produits. Nous n’avons pas prévu pour le moment d’évaluer d’autres types d’impacts, que ce soit environnemental, sociétal ou lié à la condition animale. En effet, nous avons encore énormément de travail sur la santé, et analyser l’impact environnemental est extrêmement complexe. […] Nous préférons faire une chose bien, que plusieurs choses en le faisant un peu moins bien. Comme nous sommes une petite équipe, il faut faire des choix. Mais ça n’exclut pas qu’on le fasse un peu plus tard».

Alors, ok, il faut admettre que ces applications surfent sur des peurs en diabolisant certains composants, en jouant sur un certain marketing de la peur, fondé sur une société qui doute de tout, angoissée à l’idée de s’empoisonner et de tomber malade. Mais si cela peut nous aider à trouver le bon chemin et changer nos habitudes, perso, je valide !

 

Points négatifs :

Tout n’est pas rose ; Yuka, comme les autres, a des points importants qui ne sont pas pris en compte : l’effet cocktail des additifs, par exemple. Un additif « sans impact » peut s’avérer dangereux associé à un autre additif. Quand on sait que les industriels ont tendance à cumuler plusieurs additifs dans leurs produits, cela n’est pas très rassurant. Mais améliorer ce point est impossible ! Il faudrait une étude pour chaque combinaison possible.

Je pense malgré tout que Yuka reste un outil intéressant pour plusieurs aspects : avoir une meilleure lisibilité de l’étiquetage et pouvoir comparer facilement différents produits entre eux. Il permet également de donner une alerte sur la présence de telle ou telle substance et ainsi de permettre au consommateur d’y porter attention et de s’interroger et d’adapter sa consommation afin de modérer son exposition.

 

 

Et côté cosméto ?

Depuis juin 2018, Yuka permet également de tester ses cosmétiques. Lors de cette mise à jour, inutile de vous dire que chaque pot et flacon de ma salle de bains y est passé ! Vaste travail de galérien ! Mais cela m’a permis de me faire une idée précise de ce que je me barbouillais sur la peau chaque jour.

Yuka surfe sur la tendance « slow cosmétique » : utiliser des produits respectueux de la peau et de la planète. Le problème est le même que pour l’alimentation, Yuka ne prend pas en compte l’aspect environnemental.

On retrouve le même code couleur, ainsi que la composition du produit. L’accent est mis sur ce qui peut être nocif.

 

 

Je vous présente le produit le plus mauvais de ma salle de bains : il a eu un score de 0/100 ! Je ne fais pas les choses à moitié ! Inutile de vous préciser qu’il a fini au fin fond d’un placard (je n’ose pas le jeter, impact environnemental oblige, le pot est aux 3/4 plein…). Je ne vais pas tomber dans la phobie, mais avouez que pour la marque se revendiquant au plus près de la nature, il y a de quoi se poser pas mal de questions….

screenshot_20190421-0920391429110417.jpg

Quelques paramètres dangereux sont approfondis, en cliquant dessus on voit exactement quels sont les risques pour la santé.

Je trouve que cela nous permet d’acquérir une certaine connaissance au fur et à mesure, et du coup, de mieux choisir ses produits, tout en restant intelligent : certes, un filtre UV peut être allergisant ou irritant, mais cela vaut mieux que s’exposer au soleil sans écran total !! Il faut faire la part des choses. Et cela, aucune appli ne le fera à notre place.

 

Une appli qui a ses limites, il ne faut pas se leurrer, on ne peut pas tout avoir dans son smartphone. Néanmoins, je la trouve utile. Elle permet de se faire une idée globale des produits que nous utilisons et peut nous aider à agir et consommer mieux. Et vous, qu’en pensez-vous ?

A très vite, d’ici là, prenez soin de vous.

So.

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s