Profiter de l’instant présent

« Carpe Diem » ou « profiter du jour présent » : cette phrase qui est au centre de l’excellent film « Le cercle des poètes disparus », ça vous dit quelque chose ? Il est primordial de rester connecté au présent. Alors oui on entend souvent des choses comme « vis chaque jour comme si c’était le dernier ». Focus sur cette philosophie de vie.

 

carpe diem

On vit tous « malmenés », bousculés par les aléas de la vie. Dès le réveil, une course effrénée commence. Notre tête est remplie d’injonctions (enfants, repas, courses, travail, rendez-vous…) et souvent la journée démarre par un petit déjeuner pris à la va-vite, voire inexistant.

Il nous semble impossible de prendre du temps pour nous relâcher et nous détendre, ce qui fait qu’on est sous tension toute la journée.

Il n’est pas possible de vivre l’instant présent pleinement si nous laissons nos pensées dominer notre conscience. Lorsqu’elles se présentent à nous, nous ne sommes plus présents à ce que nous faisons, elles nous amènent ailleurs et nous agissons comme des automates.

L’instant présent est la seule réalité qui soit, ce n’est ni avant, qui fait déjà partie du passé, ni après, qui n’est encore qu’une illusion !  Or, nous passons beaucoup de temps à regretter l’un et à appréhender l’autre. Ne pas vivre le moment présent, c’est donc tout simplement vivre dans une illusion. Être dans « l’ici et maintenant », ce n’est pas se voiler la face devant l’avenir ou agir comme si le passé n’avait pas été. C’est avoir conscience de ce qui se passe en soi et hors de soi, revenir à ses sensations et à ses émotions, savourer la vie et ne pas fuir systématiquement en cas de gêne ou de douleur… Adopter cette façon d’être au monde est l’une des meilleures solutions pour se protéger du pessimisme ambiant et apaiser ses propres angoisses personnelles. Et, ainsi, être plus présent à soi et aux autres, pouvoir sans culpabilité ni complaisance se retourner sur son passé et se projeter dans l’avenir de manière à la fois sereine et réaliste.

namaste sonia beauté

C’est pourquoi vivre pleinement l’instant présent et important pour ne pas passer à « coté de sa vie ».

Pourquoi est-ce si difficile d’être dans le présent ?

Notre cerveau en est, tout simplement, incapable. En effet, nous n’avons pas de récepteur spécifique pour saisir l’instant. Nous nous en remettons donc aux horloges, lesquelles n’ont rien à voir avec notre conception subjective de la durée. Une heure chez le dentiste me semble une éternité et une semaine de vacances, un trop bref instant. Et nous élargissons toujours l’instant en le colorant du passé immédiat et du futur proche, comme nous lions les notes de musique entre elles pour constituer une mélodie. D’où cette sensation qu’il nous échappe, que le temps de nous dire qu’il faut en jouir (et le poster sur Facebook), il est déjà trop tard…

À mesure que nous grandissons, nous acquérons la dimension du temps. Tout petits, nous apprenons à raconter notre journée, à préparer notre cartable, donc à nous remémorer le passé et à prévoir l’avenir, ce qui entraîne une perte de spontanéité. Pour un adulte, être en permanence dans le présent serait d’ailleurs irresponsable.

Soit on rumine notre passé, à se dire que nos vie aurait été mieux si…..Nous cherchons à rester dans ce que nous connaissons déjà, même si c’est désagréable. Soit on entache le présent de notre peur de l’avenir. Perfectionniste, on ne peut donc pas apprécier l’instant, trop imparfait comparé à un idéal inaccessible. Anxieux, nous sommes incapables d’en tirer profit, hantés par la crainte de ce qui pourrait arriver (de pire, forcément).

instant présent

 

Comment profiter de l’instant présent ?

En allant voir ce qui, dans le passé, nous en empêche, et comment nos peurs et nos souffrances se réactualisent aujourd’hui. Avoir conscience que nos expériences anciennes ont modelé notre façon d’être, de percevoir la réalité, et que nous l’abordons avec notre subjectivité. Faire le lien entre hier et demain, tirer le fil entre ce qui nous a construit et nos projets nous permet de savourer pleinement notre existence aujourd’hui.

À nous, ensuite, de trouver le bon ajustement avec le présent. S’en protéger ou le remettre à plus tard, lorsqu’il n’est pas adéquat. S’y plonger pleinement quand il nous es est agréable. Ou le faire durer des heures quand nous le trouvons un peu trop court. Avec la sensation délicieuse et inouïe de pouvoir arrêter le temps.

namaste sonia beauté

S’exercer à être dans le présent

Profiter de l’instant présent ne se fait pas du jour au lendemain. C’est toute une philosophie de vie qu’il faut acquérir, petit à petit.

  • Habiter son corps est la 1ère étape :

Il s’agit de se mettre à l’écoute de ce que l’on ressent, puis le nommer (le négatif comme le positif). Cela nous permet de nous connecter à la réalité présente à travers nos sensations, de comprendre ce qui nous arrive par le biais des émotions. Cela nous permet également d’élaborer une réflexion, des projets, à partir de nos besoins et de nos désirs.

Pour y arriver, voici quelques réflexes à avoir :

Avant de vous coucher, au calme, confortablement installé, repassez-vous mentalement le film de votre journée, tranche par tranche. Arrêtez-vous sur les moments que vous avez vécus de manière quasi automatique (prendre le petit déjeuner, le métro, vous installer à votre bureau, assister à une réunion…), visualisez-les et demandez-vous ce que vous auriez pu ressentir (sensations physiques, émotions) si vous les aviez vécus de manière plus consciente.

Le lendemain matin au réveil, programmez les différents moments de la journée au cours desquels vous serez attentif à ce qui se passe en vous et autour de vous (vous pouvez les noter pour ne pas oublier).

Le soir, repassez-vous le film de la journée, moment par moment, en vous remémorant le plus précisément possible les sensations et les émotions éprouvées. Notez les instants qui ont échappé à votre vigilance et reprogrammez-les le lendemain matin.

Au fil des jours, vous constaterez qu’étant plus conscient de vos sensations et de vos émotions, vous vous sentez plus attentif, plus concentré, davantage acteur de votre vie.

namaste sonia beauté

  • Réussir à neutraliser les projections anxieuses est la seconde étape :

Se projeter constamment des films négatifs entretient une anxiété dévitalisante. En revanche, un enracinement conscient dans le présent permet d’être connecté à toutes ses ressources intérieures le jour où l’on doit affronter un événement difficile.

Pour y arriver :

Découpez en deux une feuille de papier. Sur l’une des moitiés, écrivez « Maintenant » en majuscules, sur l’autre « Futur ». Posez-les au sol devant vous en laissant entre les deux feuilles un espace d’environ cinquante centimètres.

Debout, à égale distance des deux feuilles, fermez les yeux, laissez tomber souplement vos bras, paumes ouvertes et prenez conscience de votre corps (depuis les pieds en remontant au sommet du crâne) et du trajet de votre souffle.

Déplacez-vous devant la feuille « Futur », puis amenez à votre esprit le scénario qui vous préoccupe. Détaillez-le (à voix haute si vous voulez). Portez ensuite votre attention sur les sensations et émotions qu’il génère en vous (tensions musculaires, altération du souffle, gorge nouée…). Mettez-vous devant la feuille « Maintenant » et demandez-vous : « Comment vivrais-je sans cette histoire ? »

Ressentez dans votre corps (sensations et émotions) ce que provoque la disparition du scénario anxiogène. Installez-vous dans le nouvel état d’esprit qui est le vôtre, savourez-le.

Depuis la même place, mais en regardant la feuille « Futur », accueillez avec compassion (et comme si c’était une amie), la partie de vous qui vit dans la peur et la douleur. Imaginez-vous la prendre dans vos bras et dites-lui : « Je suis là, avec toi. »

En regardant la feuille « Maintenant », dites à haute voix : « Mon histoire commence maintenant. »

namaste sonia beauté

  • Il faut également couper court aux ruminations

Pour lâcher le passé, il faut comprendre ce qui nous rattache à lui et ce à quoi on a du mal à renoncer. Que la rumination soit amère ou nostalgique. C’est ce qui s’appelle “identifier l’objet perdu”.

Dans l’exercice suivant, on plonge dans notre passé :

La rumination nostalgique : persuadé que rien ne sera jamais plus à la hauteur du passé, on se passe et repasse le film des « jours heureux ».

Déterminez avec précision quelle époque, quels événements, quelles personnes déclenchent des regrets. Le résultat constitue votre « objet perdu ».

Demandez-vous comment vous vous sentiriez si vous pouviez revivre cet événement.

Notez les bénéfices (physiques, psychiques, matériels…) que vous procure le retour de cet objet perdu, puis demandez-vous ce que vous n’êtes plus sans cet objet, notez les « manques ».

Pour finir, mettez en vis-à-vis la liste des bénéfices et celles des manques, et interrogez-vous sur la façon dont vous pouvez, dans votre vie présente, obtenir ce qui vous manque. Notez les différentes pistes possibles.

instant présent2

La rumination amère : regrets et remords insistants, échecs ou conflits non digérés… Difficile d’avancer quand le passé est toujours actif.

Identifiez les événements ou les personnes à l’origine de vos ruminations négatives. Quelles émotions cette rumination provoque-t-elle ? Quelles croyances l’événement déclencheur de rumination active-t-il ?

Demandez-vous à présent comment vous vous sentiriez sans la cause de votre rumination. Notez les effets qu’entraînerait sa disparition.

Savourez longuement cet allégement. Interrogez-vous ensuite sur la façon dont vous pourriez atteindre cet état positif. En réparant le passé (expliquer, pardonner…), en listant tout ce qui peut être motif de gratitude dans votre vie actuelle, en tirant les enseignements des fautes et des erreurs d’hier.

Notez toutes vos idées pour rompre avec l’amertume.

namaste sonia beauté

J’espère que ces quelques pistes vous seront utiles pour changer votre vision des choses. Bises à très vite.

 

bouddha

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s